Les activités physiques & sportives

Les sapeurs-pompiers, qu’ils soient professionnels ou volontaires doivent remplir des conditions d’aptitude médicale pour pouvoir participer aux missions de sécurité civile qui leur sont dévolues.

Cette aptitude médicale est prononcée par le médecin en partie au vu des tests permettant de surveiller la progression de l’entrainement physique du sapeur-pompier.

Seule une pratique sportive régulière, modérée et adaptée à chacun, permet de développer et de maintenir la condition physique indispensable au sapeur-pompier pour assurer efficacement ses missions opérationnelles. L’activité physique encadrée en caserne reste en outre un lien social important dans la vie du centre de secours.

Il s’agit  enfin et bien sûr pour chacun de se maintenir en bonne santé, d’améliorer sa qualité de vie et de prévenir certaines maladies – notamment les maladies cardiovasculaires ou l’obésité.

LES ICP :  INDICATEURS DE LA CONDITION PHYSIQUE

Il s’agit de cinq indicateurs, mesurés annuellement par des épreuves sportives, qui permettent :

  • d’apprécier la santé de chaque sapeur-pompier en tenant compte de certains critères (âge, morphologie, …)
  • de lui prodiguer des conseils et un suivi personnalisé
  • de responsabiliser l’individu pour sa propre santé.

Il s’agit donc davantage d’un outil de médecine préventive que de distribuer de bons ou de mauvais points.

Les épreuves retenues dans le département, sous le contrôle d’un membre de la filière sportive, sont les suivantes :

  • Le Killy : évaluation de l’endurance des membres inférieurs :
  • Les pompes : évaluation de l’endurance des membres supérieurs :
  • Le gainage : évaluation de l’endurance des muscles de l’abdomen, du dos et de la ceinture pelvienne :
  • La souplesse : évaluation de l’amplitude articulo-musculaire:
  • Le Cooper ou le Luc Léger : évaluation de l’endurance cardio-vasculaire :

L’ENCADREMENT DES ENTRAÎNEMENTS PHYSIQUES

Depuis le 27 février 2018, les conditions d'encadrement des activités physiques chez les sapeurs-pompiers de Nouvelle-Calédonie sont fixées par un arrêté du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. 

Ce texte institue trois niveaux d'encadrement :

Opérateur des Activités Physiques (EAP  1)

Il anime les séances d’activité physique et assiste l’éducateur dans le suivi et l’évaluation de la condition physique des sapeurs- pompiers. Il assure l’encadrement collectif des séances en caserne et participe à la mise en place des Indicateurs de la Condition Physique.

Éducateur des Activités Physiques (EAP 2)

Il participe participer à l’élaboration du programme de santé sécurité par l’activité physique, il assure la programmation des séances d'un ou plusieurs centres de secours et accompagne les opérateurs pour la mise en œuvre de la politique locale des activités physiques

Conseiller des Activités Physiques (EAP 3)

Il participe à l’élaboration de la politique locale des activités physiques en collaboration avec les éducateurs et les opérateurs sportifs.

MODULES COMPLEMENTAIRES

Ces modules sont accessibles à tout sapeur-pompier professionnel ou volontaire indépendamment des formations EAP.

a) Arbitrage et jurys Ce module permet à un agent d’occuper les fonctions de juge et chronométreur sur des compétitions ou épreuves sportives officielles des sapeurs-pompiers, des concours et du brevet de JSP.

b) Encadrement des activités physiques et sportives des jsp Ce module permet à un agent de dispenser une séance pratique d’activité physique prédéfinie dans le respect du développement biologique d’un jeune public (11 à 18 ans) et dans un cadre réglementaire sous l’autorité d’un responsable de section.

c) Prévention des risques liés à l’activité physique Ce module permet à un agent de contribuer à la mise en oeuvre de la prévention des risques liés à l’activité physique en proposant, de manière concertée, des améliorations techniques et organisationnelles et en maîtrisant les risques sur lesquels il a la possibilité d’agir.

Schéma EAP